Soirée Bondage & Servitude

D’abord, nous aurions une collation, quelque chose de léger pour garder votre force. Un peu de vin. Et puis je te conduisais dans la chambre. Là, tu te déshabillerais consciencieusement pour moi. Je mettrais des poignets en cuir sur vos poignets et je les attacherais à un crochet au-dessus de la tête de lit. Je t’embrassais sur le front, puis doucement sur les lèvres.

J’étirais tes jambes aussi loin qu’elles pouvaient aller et j’attachais tes chevilles au lit avec les menottes dessus. Tu es allongé là, exposé à moi. Je caresse ta jambe de la cheville à tes cheveux. Je t’écorche là, doucement d’abord, puis je teste pour voir à quel point tu es mouillé. Vous étouffez quand mon doigt entre en vous et se glisse à l’intérieur facilement. Tu es très mouillé.

Je t’embrasse à nouveau, d’abord sur les lèvres, le cou, le cou, le sein. Maintenant, je mets un bandeau sur les yeux et je l’attache fermement. Tu commences à dire quelque chose, mais j’ai mis un doigt sur tes lèvres pour te calmer. Tu te sens dessus. Je glisse mon doigt sur tes lèvres pour que tu sentes l’humidité. Elle reste sur tes lèvres après mon départ. Tu te lèches les lèvres.

Je me frôle les doigts le long de votre torse, en évitant soigneusement toutes les zones sensibles. Tu essaies de passer dans ma main, mais les cordes t’en empêchent. Je mets ma main sur votre ventre et je vous pénètre avec deux doigts. Je les enterre rapidement. Mon pouce commence à jouer avec votre clito – en grattant, je l’appelle. Tu commences à me pousser sur la main. Je vous préviens d’arrêter – et vous essayez, mais pas assez fort. Alors je te gifle la poitrine avec juste assez de piqûre pour te surprendre.

Maintenant, je commence à glisser vers l’intérieur et vers l’extérieur avec mes doigts et avec mon autre main, je joue avec votre poitrine. Je fais tourner le mamelon et le gratte pendant que je joue avec toi clit en rythme. Tu recommences à bouger et je te préviens. Tu t’arrêtes. Tu es toujours là. Tu es excitée. Tu ne sais pas ce qui va se passer ensuite.

Je glisse mes doigts dedans et dehors maintenant que tu ne bouges plus. Et comme votre respiration augmente, j’ai mis un petit morceau de glace dans votre décolleté. La soudaine prise d’air me dit que je t’ai impressionné.

Je le laisse là pendant qu’il fond. andruns down to your neck on one side and down you belly to where my hand meets you on the other. Vous vous rapprochez maintenant. Je sens la chaleur s’accumuler dans tes reins, l’humidité dans ma main. Je tire sur un mamelon. Ça fait un peu mal, mais ça rejoint le reste si facilement maintenant que vous l’accueillez et plus encore. Alors je tiens ton sein haut dans les airs près de ton mamelon. Et quand je m’avance en toi, il oscille avec le rythme, tire sur ta poitrine. Vous commencez à l’aimer avec le reste. Je tords le mamelon et tu halètes devant le choc et la douleur, mais tu pousses contre moi en essayant de te libérer. Il en fait partie maintenant. La glace a disparu, fondue par votre chaleur.

Je te lâche lentement le mamelon et te tends vers le bas pour lécher la douleur. apaise la douleur avec ma bouche. Je le suce comme un aspirateur. Vous le sentez bouger dans ma bouche et il se connecte avec ma main comme s’il s’agissait d’une broche à laquelle on s’accrochait. Un fil de fer passe entre ma bouche et ma main alors que vous montez encore plus haut, mais vous ne trouvez toujours pas d’échappatoire. Je ne te laisserai pas faire.

Mes doigts glissent et quand ils reviennent, il y a quelque chose de nouveau.

C’est mon petit doigt qui glisse dans ton cul. Il est imbibé de votre jus et se glisse facilement à l’intérieur. J’enroule le bout pour qu’il entre en contact avec les doigts de votre chatte. Je te demande si tu ressens ça. Vous acquiescez oui. Je le redemande. Et d’une voix tremblante tu gémis oui. Je souris et je masse vos seins avec ma main. C’est encore glissant de ma bouche. Il refroidit et votre mamelon devient plus droit.

Je glisse mon troisième doigt dans ton cul maintenant et je tortille les deux ensembles pour te faire sauter et gémir. Oh oui, vous êtes si près maintenant. Je sens ton pouls battre dans la paume de ma main. Il s’accélère, tout comme votre respiration.

Je ne vais pas te laisser jouir tout de suite. Oh, non, non. Ce serait trop facile. Je veux te garder à l’affût. Alors je vous gifle les seins. Des gifles rapides, une sur chaque sein, comme si vous appeliez un chiot en tapant sur le sol. Dehors, frétille, gifle, gifle, gifle, gifle, gifle. C’est le rythme. In out wriggle slap slap slap slap. Vos seins deviennent roses très vite et vous criez un peu. Mais vos hanches bougent. Avec moi. La sueur vient sur ton front et tu te mords la lèvre. Tu veux tellement jouir, n’est-ce pas ? Oui, tu pleures faiblement.

Que feras-tu, si je te laisse jouir ?

Tout ce que vous voudrez.

Mais ce n’est pas suffisant.

Vous tendez les liens qui vous retiennent. Tu veux fermer tes jambes sur ma main. Force-le à se déplacer plus vite, plus fort en toi. Vous essayez de pousser contre le mur avec vos mains, mais elles sont attachées de sorte que vous ne pouvez pas l’atteindre. Je te gifle la chatte parce que tu bouges trop. Le choc vous arrête. J’arrêterai tous ensemble si tu es une mauvaise fille. Ce sera pire que de ne pas cumuler. Mais je ralentis, parce que je veux te ralentir. Je peux sentir ton joli parfum dans l’air et ça m’a rendu dur. J’ai besoin de quelque chose maintenant. Ou je perdrai le contrôle que j’ai sur toi.

Alors je te quitte. Ma main glisse de ta main et mon souffle quitte ta poitrine. Et vous criez en signe de protestation. Mais tu sens le lit bouger. Vous pensez savoir ce qui s’en vient, mais vous avez tort. Tu sens ma jambe à côté de ta poitrine, puis l’autre à côté de l’autre. Ils glissent le long de ton corps. Jusqu’à ce qu’ils se referment autour de vos bras et disparaissent. Tu sens mon souffle sur ta chatte. Et tu sens mon approche. C’est une odeur à laquelle vous êtes habitué. Un léger musc, lourd d’excitation. Il touche votre joue. Elle persiste. Et vous essayez de le capturer et de le faire. Il glisse dans ta bouche comme le mien glisse sur toi. Il envahit comme une tétine agressive cherchant un bébé à l’intérieur de votre gorge. Et après une peur initiale, on l’accueille et on tète.

Tu as toujours aimé le goût. Un peu salé, un peu sucré ce soir, de l’ail. Seulement quelques gouttes, mais d’autres viendront comme d’habitude. Vous le sentez pousser encore plus dans votre bouche lorsque vous le caressez avec votre langue. Moi, par contre, je suis en train de festoyer. J’ai étendu tes lèvres. Je les tiens là, larges, exposés comme un papillon pris sur une assiette, avec du ruban adhésif médical. Je serre vos lèvres contre vos cuisses et je caresse doucement vos lèvres intérieures. Ça te rend plus dur à sucer. Mes mains tremblent parce que tu es si doué pour ça. ce que vous n’aimiez pas faire jusqu’à récemment.

Mais avec toi ouvert à moi, je ne peux qu’admirer ta beauté. Les lèvres sont engorgées et rouges, votre clitoris est un petit nub qui demande de l’attention et l’humidité suinte d’une partie bien cachée en vous. Vous scintillez de besoin. Je ne fais qu’empirer les choses. Avec un index, je chatouille l’intérieur des lèvres et brosse le clitoris. tu suces plus. pensant que si je éjacule, je vais le perdre et te faire éjaculer. Mais je t’avertis en te giflant la hanche. Vous ralentissez immédiatement et vous vous réconciliez avec moi comme tétine à la place.

Vous pouvez sentir votre jus maintenant. Le ruissellement de ton trou ouvert dans la fissure de ton cul. C’est glissant, là-bas. Elle est également ouverte après avoir été massée auparavant. Ça demande de l’attention, alors je le nourris d’un doigt. Puis une seconde. Je le fais glisser vers l’intérieur et vers l’extérieur en douceur et lentement au début, puis avec plus d’énergie. Tu sens mon haleine sur ton clito, d’abord chaude, puis froide quand l’air la sèche.

Maintenant, je mets un peu de force dans mes poussées. Et tu recommences à être nul en sympathie. Chaque fois que ma main entre dans ton cul, elle te pousse le corps, tire sur le ruban adhésif, tire sur tes lèvres et me pousse plus loin dans ta gorge. C’est le rythme. PUSH remorqueur tirer plus profond PUSH remorqueur tirer plus profond. Tu aimes ça, n’est-ce pas ?

jeune femme sexy attendant son amant avec un café

Un faible MmmmHmmm vient de votre gorge.

Je ralentis encore et tu gémis. Tu veux tellement jouir. Et puis j’enlève mes doigts de ton cul. La chose suivante que vous ressentez est un choc. Je fais couler un autre morceau de glace sur ton clitoris chaud et j’ouvre la chatte. Elle s’écoule dans ton cul. Si froid. Mais ça fait du bien, n’est-ce pas ? Je te caresse du cul à ton clito avec. Elle choque, stimule et frustre. Je le tiens contre ton cul et – pousse-le dedans ! Tu halètes. C’est tellement étranger là-bas, mais d’une manière différente il semble stimuler. non plus froid, mais brûlant. Comme un pétard dans le cul, il envoie des vagues dans le corps et, bien qu’il ne soit pas tout à fait un frisson, c’est quelque chose qui lui est proche. Même tes mamelons deviennent plus durs.

Je te l’enfonce dans le cul avec un doigt. Il commence déjà à fondu, donc je t’ai bouché les fesses avec un butt plug. Il se glisse facilement à partir de vos propres jus et de la glace fondante. Il vous remplit. Vous l’attachez avec vos muscles. Je l’enfonce et l’enlève un peu sans que vous ne perdiez votre prise sur son col.

Je crois que je suis dans ta bouche depuis assez longtemps maintenant. Alors je me lève et je me retire de toi. Je vous demande si vous avez aimé le goût. Vous dites que vous l’avez fait. Vous en voulez plus ? D’accord. Oui, j’en veux plus. J’aime ça aussi. Alors je monte ton visage et je te taquine les lèvres avec ma bite. Je vois que tu as soif et te nourris d’un morceau de glace que tu prends affamé. Et ensuite tu ouvres ta bouche pour me recevoir. Je pousse à l’intérieur en profitant lentement de la nature soyeuse de votre langue, de l’acuité de vos dents de pâturage et de la chaleur de votre souffle. Tout semble m’accueillir avec abandon.

Mes jambes serrent vos côtés quand je m’enfonce plus profondément dans votre bouche. Tu veux me serrer dans tes bras. Serre-moi autour du cul, serre-moi fort, contrôle-moi, mais attaché comme tu l’es, c’est impossible. Cela vous excite davantage. C’est moi qui décide de la profondeur, de la vitesse, de la quantité et de la durée. D’une certaine façon, cela vous excite d’être utilisé de cette façon. De ne pas avoir le choix. Ça aide qu’il y ait des sentiments entre nous. Qu’il y a confiance. Vous savez de quoi je suis capable et que c’est dans vos capacités.

Donc plus profond jusqu’à ce que je te frappe à l’arrière de la gorge, puis que je sorte et que je glisse à nouveau. Tu me claques la langue dessus, tu la tortilleras en dessous quand elle passera. Tu l’aspires comme une paille en tirant le sirop de l’autre côté. Elle pousse et la chaleur qu’elle dégage est palpable.

Tu sais que je suis proche, tu peux m’entendre respirer. Mes cheveux chatouillent ton menton, ton nez. Chaque poussée m’amène contre votre nez de sorte qu’il est difficile de respirer. Vous sentez cependant un rythme et chronométrez votre respiration. C’est facile, vous pensez. J’espère juste qu’il lui en reste assez pour me faire plus tard, tu espères. Je vais le faire.

Tu n’es toujours pas venu, je sais et tu pleures presque à cause du besoin. L’odeur et le goût de moi ne font que faire grandir le besoin. J’ai pitié et pendant que j’atteins un sommet, j’allume moi-même le butt plug. Vous Tu vois, ça vibre. La surprise vous fait avaler et secouer sur une poussée vers le bas. Tu me mets la pression, ce qui me fait du bien. Je dois accélérer maintenant. Je suis si près du but. Je tourne le vibromasseur et je commence à pomper dans ta bouche. Je respire de plus en plus vite. Tu me sens trembler dans ta bouche, tu la sens sauter de frustration. Tu suces fort et tu lèves même la tête pour me rencontrer. Pendant que ta bouche est fatiguée, tu veux que je jouisse presque autant que tu veux. Chaque poussée est plus dure.

Pousse, suce, tortille, pousse, pousse, pousse, suce, tortille.

Et finalement, sur un coup vers le haut, je lance et je commence à éjaculer. Tu me tiens là en serrant ta bouche bien fort, alors tu attrapes tout ça sur ta langue et tu contrôles la déglutition. C’est étrange, mais vous avez développé un goût pour ça. Ou est-ce que c’est moi. Mais tu le suces. J’essaie d’avoir chaque goutte. Il n’y en a jamais tant que ça, juste une cuillère à café. Il vous fait sourire, en vous souvenant de toutes les vidéos qui montrent un gallon suintant. Et le vibromasseur fait du bien.

J’agite encore la bouche, mais je n’essaie plus d’entrer ou de sortir par la bouche. C’est fini pour l’instant et je me retire. Il reste un peu de trace sur vos lèvres à ma sortie, mais je me penche et je vous embrasse pleinement et heureusement. Vous m’accueillez et aimez l’attention.

Maintenant, c’est enfin mon tour de penser.

Et je recommence avec toi. Je descends et je m’assieds à côté de toi sur le lit. Je prends votre sein dans mes deux mains, je le moule, je le masse, je le saisis de façon à ce que le mamelon atteigne son point culminant vers moi, aspirant à l’humidité. Je le donne. Ma bouche descend sur toi affamée. Je tourne ma langue autour de ton mamelon comme un tourbillon. Lentement, puis en prenant de la vitesse et en sucant. Je me frôle les dents le long de la morsures avec mes lèvres et je tire dessus. Tout en serrant et en massant votre poitrine jusqu’à l’obtention d’un cône. Après quelques instants de cela, ma main dérive de nouveau vers ta chatte. Ça te chatouille là-bas. J’ai appuyé plusieurs fois sur le butt plug. Touchez-le comme un médecin qui vérifie les réflexes de votre genou. Et ça aussi, c’est la cause d’un abruti. Tu commences à gémir et à gémir. Mords-toi la lèvre encore une fois. J’insère un doigt dans ton corps très mouillé et la chatte chaude. Il se glisse facilement et vous l’attachez immédiatement à l’arrivée. Restez là, tenez-le, aspirez-le. Je le fais bouger en t’aspirant le mamelon. Elle est devenue ronde et sensible dans ma bouche.

Je glisse un deuxième doigt en vous et je les déplace tous les deux dans un mouvement circulaire, vous remuant à un besoin plus élevé. Mais tes seins ont besoin de plus d’attention. Alors je retire encore mes doigts. Vous criez S’IL VOUS PLAÎT. Quelque chose de dur touche vos lèvres ouvertes. Il commence à glisser à l’intérieur de vous. Tu sais ce que c’est. C’est le vôtre. Vous l’avez apporté avec vous selon les instructions. Maintenant, il rentre à la maison. Il colle et tire parce qu’il est sec, mais je pousse un peu pour l’humidifier, puis je l’essore un peu, puis je l’essore un peu plus, puis je l’essore à nouveau, puis je l’essore un peu plus et je l’essore jusqu’à ce qu’il soit complètement dedans. Vous vous sentez si rassasié.

Vous pouvez presque les sentir se toucher à travers la fine membrane à l’intérieur de vous. Chaque fois que celui qui vibre dans ton cul, il touche celui dans ta chatte. DIEU, c’est si intense ! Tu as tellement envie de jouir ! S’il vous plaît, laissez-moi jouir ! Mais je ne le ferai pas. Pas encore, une fois que le deuxième vibrateur est fermement assis, mais pas allumé, je prends un mamelon et je le soulève de votre corps. Puis je commence à envelopper ta poitrine d’un bout de corde douce. Autour et autour il va à la base, plus serré et plus haut, poussant votre mamelon dehors dans l’air plus loin et plus loin. Cela emprisonne le sang dans vos seins les rendant plus fermes, plus tendres et plus sensibles à l’attention. Huit fois il passe autour de votre sein. Vous avez compté. On dirait un soutien-gorge quatre tailles trop petit. Mais il vous fait prendre conscience que même l’air passe à travers vos mamelons. Ensuite, je fais l’autre de la même façon. Maintenant, elles se détachent comme le ridicule soutien-gorge conique de Madonna. J’ai tapoté les tétons plusieurs fois pour tester vos réactions. Déjà, ils commencent à grandir et à rosir. Tu halètes gentiment à chaque fois. Tu as fait la connaissance de tes mamelons.

Maintenant, j’allume le deuxième vibromasseur. C’est très bas. C’est presque comme un buzz sous-harmonique. Vous le sentez au fond de vous. Je prends une autre glace et le dribbler sur tous les endroits importants. Chaque goutte est électrique. Quand on tombe sur un mamelon, il l’allume et traîne le feu vers le bas de votre poitrine jusqu’à la corde qui les lie. Chaque goutte sur votre clitoris et vos lèvres est comme un éclair qui crépite sur votre peau tendre. Le mélange d’émotion, de choc et de plaisir est trop lourd à supporter, mais vous ne pouvez pas jouir. Il reste assis là à attendre dans le coin, à ne pas se cacher, mais à te taquiner comme je le suis – ce sperme. Il vous fait signe, se déplace, mais ne vous pénètre pas entièrement. Puis la glace disparaît.

Mais le buzz est toujours là et j’ai même augmenté d’un cran. Le lit bouge, tu sais que je te quitte. Une peur vous envahit, mais s’arrête comme une paille est pressée contre vos lèvres. Tu aspires et tu accueilles le jus de fruits frais. Après que tu aies bu quelques gorgées, je lève les bras et détache tes mains. Vous voulez me serrer dans vos bras, jouer avec vous-même, éjaculer, mais je prends chaque bras et je le porte derrière vous et vous attachez vos avant-bras ensemble comme la croix sous vos omoplates derrière vous. Ils sont à l’écart. Je m’accroche à la cravate croisée de vos seins en engageant le largage rapide à vos pieds. Le fait de s’asseoir fait que les vibrateurs appliquent une nouvelle pression en vous. Vous sentez le ruban s’accrocher et tirez sur vos lèvres. Une pièce se déchire en libérant la lèvre de son bondage.

Je frotte et lisse vos jambes et vos bras en récupérant la circulation. Et puis je te retourne sur le lit pour que tu sois à genoux. Je te tiens là et à côté de toi. Les vibrateurs dans le cul et la chatte bourdonnent joyeusement pendant que vous vous serrez les jambes ensemble. Vous serrez vos muscles et les relâchez, en les baisant avec juste vos muscles, maintenant qu’ils vous ont été rendus. Je peux voir la tension sur vos cuisses comme un serrement et un desserrement. Je vous laisse un moment d’espoir et je vous ouvre les jambes.

Je vous demande de me chevaucher. Je peux voir les objets qui vous sont suspendus. Je te glisse sur le lit jusqu’à ce que tu sois proche. Puis je commence à caresser les vibrateurs en alternant les vibrateurs pour que l’un entre et l’autre sorte. Alors, j’ai commencer à jouer avec un seul dans ta chatte. Et quand tes jambes commencent à trembler, je te donne une fessée sur la hanche. Ça vous excite plus, mais pas assez. Je ralentis et enlève le vibromasseur de chatte et te ramène sur le lit, sur tes hanches, sur moi. En me sentant à votre entrée, vous vous empalez sur moi. Tu commences à te balancer sur moi, à glisser ton clito sur mon bassin, mais je tire tes mamelons vers moi.

Tu tombes en avant, soutenue seulement par tes seins reposant sur ma poitrine. Puis j’enfonce mes jambes sur tes talons. Maintenant, je reprends le contrôle. Vos seins sont très sensibles et appuyez contre ma poitrine. Ça fait mal à une douce douleur. Je commence à faire bouger ton corps de haut en bas du mien. A chaque pierre, je sens le vibromasseur de butt plug me toucher. C’est une sensation merveilleuse. A chaque rocher, ton clito ouvert s’ouvre sur mon bassin. C’est aussi merveilleux. Je commence à me branler sur toi. Il n’entre et ne sort pas trop loin, mais la pression de vos muscles et de vos besoins fait l’affaire. Ta sueur tombe sur mon cou alors que tu halètes de désir ouvert. Chaque poussée est une secousse maintenant. Un coup de feu au sein, au mamelon, au cul et au clito. Vous vous sentez rassasié, désiré, perdu et poussé par un seul besoin animal.

Et ça empire. Plus prononcée, jusqu’à ce que vous ne ressentiez plus que le besoin. Jusqu’à ce que la seule chose qui compte, c’est le besoin. Jusqu’à ce que le sperme approche. Lentement au début. Ça commence dans le ventre. Vous pouvez le sentir se contracter là. Sentez ses griffes descendre et sortir. Se répandre comme une vague dans votre corps comme des ondulations qui veulent être des vagues dans un étang. Ça gonfle, tu me pousses et tu me jettes ton poids dessus. Il y a de la douleur dans vos seins maintenant que vous les pressez plus fort contre moi. Plus fort ! PLUS DUR ! Le voilà qui arrive.

Il se déplace comme une attaque aérienne. On dirait un tremblement de terre. Encore et encore. Le sperme est si dur, si vengeur, que tu cries. À cette pinte, je t’ai donné une fessée, dur. Il conduit la rage vers de nouveaux sommets et des taches apparaissent dans l’obscurité des yeux bandés, du sang est prélevé de mon épaule. Et vague après vague, tu es submergé. Puis, à cause de toi, je commence à faire des conneries et pour vous donner le pouls. Il complète le cercle et vous éjaculez à nouveau. Et encore… et encore une fois….. Jusqu’à ce qu’elles se transforment en petites vagues et qu’elles ondulent à nouveau sur l’étang, finissant par se calmer jusqu’à n’être plus qu’un reflet. Je te serre contre moi et je détache tes bras qui m’enveloppent rapidement. Nous nous embrassons, profondément et longuement. Le vibromasseur est éteint mais vous habite toujours, vous gardant de bons souvenirs à distance un peu plus longtemps. Toujours connecté, vous me sentez m’éloigner de vous et pleurer le passage. Mais nous ne nous désengageons pas. Comme ça, nous restons allongés jusqu’à ce que le froid de la sueur séchée à l’air se fasse connaître.

Puis, avec un son distinct connu seulement dans de telles occasions, nous nous séparons. Je vous laisse sur le lit, couvert pour rester au chaud, vibromasseur, calme maintenant, toujours en vous. Vous êtes allongé là, ne voulant pas bouger, rassasié, paisible et endormi. Je reviens avec de l’eau chaude et un chiffon doux. J’apaise tes seins en les déballant. Je les embrasse avec les mamelons, je les écrase dans la chaleur, je calme le feu en eux. Puis je vais vers le sud. J’enlève doucement le vibrateur. Et en tenant vos jambes en l’air, je vous baigne du cul au clito avec des baisers d’eau chaude et une main douce.

Puis je m’allonge derrière toi et je te serre jusqu’à ce que tu t’endormes dans mes bras. Où je veille sur toi jusqu’à la prochaine fois, quand tu te réveilleras.